Abbaye/mars 2017

Collège Paul Bert, Chatou (78), CLASSE de 5è C de Catherine Richard, 11/16 mars 2017

Gérard Streiff

MYSTERE D’ANJOU

UN

« Mais où est passée Mme Dupont ? demanda Karla à Jimmy alors qu’ils attendaient leur professeur de français.

- Je n’en sais rien, répondit le garçon. Apparemment, personne ne l’a aperçue ce matin.

Les deux jeunes gens étaient arrivés, la veille, à l’abbaye de St Maur, pour un voyage scolaire, une abbaye rénovée, mais dont le cimetière conservait un petit côté macabre.

Jimmy avait les cheveux roux, les yeux marron, des taches de rousseur. Il avait un physique athlétique. Le genre timide et loyal envers ses amis quand ils avaient des problèmes. C’était un élève sérieux, mais très bavard.
Karla était blonde aux yeux bleus. A l’inverse de Jimmy, elle était très sociable, courageuse. Elle préférait utiliser les mots plutôt que la violence pour se défendre et défendre ses idées. Très bonne élève par ailleurs.

Côté vestimentaire, Karla aimait parfois se prendre pour une princesse et porter des longues robes, des bijoux, évidemment tout le contraire de Jimmy avec son style spécial : lui portait toujours une veste en cuir noir. Il lui arrivait de regarder des films d’horreur, un sujet sur lequel les deux jeunes gens avaient l’habitude de se disputer :
- Punaise, Jimmy, t’es dégoutant des fois.
- C’est pas ma faute, disait le garçon, c’est un réflexe.
- Ignoble personnage ! se moquait alors Karla.

Ce matin-là, donc, ils attendaient dans un couloir Mme Dupont.
- C’est trop bien, la prof de français n’est pas là, yes !
- Non mais t’es fou, répliqua Karla. La prof a disparu et toi, t’es content ?!

C’est vrai que tout le monde aimait bien Mme Dupont pour sa gentillesse et son humour.

- Remarque, c’est vrai, réagit soudain Jimmy. Cette nuit, comme je fais des insomnies, j’ai entendu des cris, et puis j’ai entendu encore Mme Dupont qui parlait toute seule ?! Bon, mais les profs s’ occupent de ça, non ? Surtout la prof principale, Mme Lumière.

- Eh bien moi, je veux mener l’enquête, décida la fille.
- Alors, je peux t’aider ? demanda soudain le garçon.
- Euh, ouais, dit Karla.
- Bon mais où chercher dans cette si grande abbaye ?

ILLUSTRATION N°1
La chambre dévastée

Ils commencèrent par la chambre de la disparue. Elle était en désordre. Un grand frisson parcourut l’échine des deux enfants. Dans l’entrée les valises étaient juste déposées mais pas ouvertes. Une vitre était brisée. Au sol, on voyait l’écharpe de la prof. Son sac à main était renversé, ses affaires en bataille. Il y avait aussi une dictée, avec un zéro, déchirée sur le lit. Des petites souris étaient en train de grignoter le papier. Jimmy cria de surprise et s’évanouit. Karla lui mit deux baffes.
- Réveille-toi, gros balourd !
Puis elle ajouta :
- Partons d’ici avant d’avoir des ennuis !

En sortant de la pièce, ils repérèrent le téléphone de Mme Dupont.
- Alors ? demanda Jimmy.
- Il est déchargé.

A peine arrivé dans la cour, Jimmy tomba dans un trou de soixante centimètres de profondeur. Sous ses pieds, une trappe, rouillée, fermée par un cadenas.
- Une piste ? se demanda la fille. Faut forcer le verrou.
- Oui, je saute dessus.

Jimmy, persévérant, s’acharna sur la trappe qui allait s’ouvrir quand un animateur les appela pour le dîner. Puis ce fut l’heure d’aller se coucher. Alors Karla proposa au garçon :
- On se retrouve à minuit ? devant la trappe ?

DEUX

A minuit, il faisait un froid glacial. Les jeunes gens étaient très excités. Karla, qui avait pensé à tout, avait emporté deux lampes de poche. Jimmy soudain hésita.
- T’es sûre que c’est une bonne idée ?
- Mais tu rigoles là ?!
- Euh…
- Non, non, on y va, on y va, tu y étais presque.

Le garçon tenta à nouveau de casser le cadenas. BAM ! BLING ! CLING ! Mais c’était beaucoup d’efforts et de bruit pour une faible efficacité.
- Pousse-toi, dit Karla, je vais t’ouvrir ça en deux temps, trois mouvements.
La fille prit une épingle dans ses cheveux et ouvrit le cadenas sans difficulté.
- Et voilà le travail ! fit-elle.
- Bien joué ! répondit Jimmy.

Mais voilà qu’il disparut aussitôt dans la trappe ouverte. Karla affolée lui demanda :
- Tout va bien ?
- Oui oui, je dois juste avoir deux côtes cassées, une cheville foulée, la colonne vertébrale fracturée, mais à part ça, je crois que tout va bien.
- Arrête ton cinéma, répliqua Karla. Je descends. Dis-moi plutôt ce que tu vois.
- J’aperçois des ombres. Je flippe. J’ai peur du noir. Dépêche-toi de venir.
- Arrête de faire ta chochotte ! réagit la fille.

Ils s’enfoncèrent dans un tunnel. Qu’allaient-ils trouver ? un village enseveli sous les roches ? un ancien cimetière de moines ? un couloir qui les ramènerait dans la chambre de la prof ?
Tout en se cachant, ils virent au loin deux hommes qui poussaient d’énormes tonneaux sur lesquels était marqué « VIN ». On voyait aussi qu’il y avait de l’argent sur une table, des billets, au moins mille euros. Ils se dirent qu’il s’agissait d’un trafic .

ILLUSTRATION N°2
Portraits des enfants (devant la trappe)

- Bon, remontons, il est tard, dit Jimmy. Demain sera une dure journée d’enquête.
- Excellente idée, réagit Karla. Allez, presse-toi, Jimmy.
- OK,OK, pas la peine de hurler !

Il repassèrent par la chambre de Mme Dupont. Jimmy était déçu. Il s’allongea sur le lit et, tout à coup, il sentit un objet métallique dans son dos. Il glissa la main sous la couverture et en sortit… un chargeur de portable. Emerveillé, il dit à son amie :
- Je crois que j’ai trouvé un truc qui pourrait nous aider.

De son côté, Karla s’exclama :
- Devine ce que, moi, je viens de trouver.
- Des bonbons ? répondit-il.
- Non, idiot, j’ai trouvé une lettre.
- Ouvre-la.

A l’intérieur, un mot : « Nous vous prions de venir chercher votre colis dans les plus brefs délais, au bureau de poste le plus proche ».

Jimmy mit à charger le téléphone de la prof.
- Allez, à demain, dit le garçon.
- A demain, répondit Karla en bâillant.

Ils allèrent se coucher et le lendemain, après avoir pris le petit déjeuner, ils partirent visiter le château d’Angers. Ensuite ils demandèrent à Mme Lumière, leur professeur :
- Peut-on aller acheter des timbres à la poste, s’il vous plaît ?
- Oui, bien sûr, répondit Mme Lumière.
A la poste, ils demandèrent à la guichetière :
- Peut-on avoir le colis de notre mère, Mme Dupont ?
- Oui, dit la postière, qui leur tendit un paquet.

Une fois à l’abbaye, ils l’ouvrirent. Surprise ! C’était un stock de feutres Veleda.
- Quoi, tout ça pour ça ? s’étonna Karla.

Jimmy, lui, avait réussi à allumer le téléphone portable, rechargé, de la prof disparue.
Il s’attendait au pire, genre « Tu vas mourir ! » ou bien « Ta dernière heure est arrivée ! » .
En fait, il y avait plusieurs messages venant de numéros inconnus. Un message déjà ancien d’un certain Marc qui parlait des bords de Loire.
- C’est qui Marc ?
- Je sais pas.

Un autre message encore de M. Hallakzer, prof d’histoire, donnait rendez-vous à Mme Dupont, salle 109 de Vendôme, deuxième étage. Mais le message le plus récent, le plus inquiétant aussi, était signé Jules. Il disait : « Tu vas le regretter, crois-moi ».

Jules ? C’était un animateur, aimé de tous, surtout de Karla, ce qui rendait Jimmy jaloux. Mais que venait faire Jules dans cette histoire ?

TROIS

« Jules ? Je suis sûr qu’il était dans le tunnel ! s’exclama soudain Jimmy.
- Peut-être, je n’en sais rien, ajouta Karla. C’est possible mais pourquoi tu dis ça ?
- Je ne sais pas, une intuition.

Ils décidèrent de suivre Jules en cachette, de l’espionner. Pour l’instant, il était parti avec une autre classe de 5è pour visiter un village troglodytique.
A son retour, ils le virent traverser l’abbaye, monter vers le deuxième étage, passer par la chapelle St Martin, s’arrêter devant une statue, qui dissimulait une porte secrète ; ensuite, il y avait un escalier en pente.
Karla trébucha, Jimmy la rattrapa :
- Je ne suis pas que froussard, dit il en montrant ses muscles.
- Fais moins de bruit ! répondit la fille.
- Mais tu pourrais me remercier !
- Tais-toi, je te dis.

Tout en suivant Jules, les jeunes gens envisageaient toutes les pistes. Et si Mme Dupont n’avait pas été enlevée ? Si elle était partie, tout simplement ? S’ils avaient cherché pour rien ? Ou encore : et si Mme Lumière était complice ?

Soudain, Jules les vit :
- Qu’est-ce que vous faites là ?
- Bah…heu…, dit Jimmy qui ne savait pas quoi répondre.
- En fait, reprit Karla, en fait, on avait envie de se balader…
- Rejoignez directement les autres, sinon…

Les deux amis obéirent, mais continuèrent d’imaginer des choses.
- Jules, il cache quelque chose, assura la fille.
- D’après moi, tu vois, dit Jimmy, Jules est le fils de la prof de français, Mme Dupont ; et Mme Dupont l’a abandonné ; alors Jules s’est vengé.
Mais Karla n’y croyait pas.
- Non, dit Karla, à mon avis, Mme Dupont a « mis un râteau » à Jules…
- Un râteau ?
- Oui, et Jules a voulu se venger d’elle.
Mais Jimmy n’était pas d’accord.

ILLUSTRATION N°3
LA PROF LIGOTEE

Plus tard, ils remarquèrent Jules qui était avec M. Hallakzer, le prof d’histoire. Ils se dirigeaient tous les deux vers une camionnette blanche, garée sur le parking. M.Hallakzer ouvrit le coffre. A la grande surprise des enfants, il y avait là Mme Dupont, menottée et baillonnée.

Les deux jeunes gens s’avancèrent dans l’ombre comme des ninjas. Ils devaient s’organiser pour prendre Jules et le prof par surprise.

1,2,3 : Jimmy sauta sur le dos de Jules, le mit à terre en lui collant une bonne droite.
Karla, elle, dans un élan d’adrénaline, assomma avec un gros bâton le prof d’histoire, M. Hallakzer.

Avec le couteau que lui lança Jimmy, Karla libéra la professeure Mme Dupont Catherine.
Elle était sous le choc, elle pleurait. Un peu plus tard, comme on lui demandait si elle se sentait mieux, elle répondit :
- Oui, merci, ça va beaucoup mieux.
On lui donna à boire et des gâteaux. Elle raconta qu’on l’avait longtemps séquestrée, attachée à une chaise, dans la cave.

On appela la police. Après quelques minutes, le sergent Pierre arriva. Il récupéra les deux malfaiteurs et remercia les enfants.
- Vous avez fait du bon travail, maintenant allez vous coucher.

Jules, l’animateur, et M. Hallakzer, le professeur, se livraient à un trafic de vin. Mme Dupont l’avait compris. C’est pour cela qu’ils l’avaient enlevée.

Les malfaiteurs furent condamnés à deux ans de prison pour trafic, kidnapping et violence.

A l’abbaye, le reste du séjour se passa sans problème. Mme Dupont put organiser tranquillement le repas pour ses dix ans de mariage avec le fameux Marc qui était son mari.
Et on fit une petite fête en l’honneur des deux jeunes gens. Cette histoire n’eut pas que des inconvénients. Tout le monde avait en effet bien remarqué que Jimmy et Karla s’étaient rapprochés…
Et tout le monde était heureux, car on était jeudi, et le jeudi soir, c’était le soir de la BOUM !

FIN



Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire