24 juin

Y a-t-il un flic dans le commissariat ?

Sous prétexte de mutualisation, Macron casse les commissariats de banlieue. Sans doute qu’à ses yeux, la sécurité est devenue un luxe réservé aux riches, ses maîtres. Que les pauvres se débrouillent. Les OPJ (officiers de police judiciaire) sont passés de 3200 à 2700 dans le petite couronne en 2017. Comparaison n’est pas raison mais rappelons que le pouvoir affecte 1400 flics à la protection de « personnalités », concept vague qui touche une centaine d’individus. Ça va de Balladur ( les premiers ministres et ministres de l’intérieur sont « protégés » à vie…) , lequel se sert, c’est connu, du fonctionnaire qui lui est affecté pour aller faire pisser son chien… jusqu’à Macron. Ce dernier a besoin de onze gendarmes à plein temps, ONZE, pour protéger la plage privée de Brégançon quand Monsieur y passe ses vacances. Est-ce bien raisonnable ? Et si l’on mutualisait autrement ces fonctionnaires. Un peu moins pour Balladur et autres mamamouchis, un peu plus pour nos banlieues.

Gérard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire