Collège d’Orsay/3è/Mars 2018

VOYAGE EN UTOPIE

Préface

Ecrire une série d’aventures en ce printemps 2018 sur le thème de l’utopie, il faut oser ! Les élèves de troisième du collège Alain Fournier d’Orsay ont osé. Et ils ont rudement bien fait. D’abord parce qu’en traitant de l’utopie, celle d’un monde meilleur, sans pollutions, sans inégalités, sans injustices, sans intolérances, sans guerres…, ils ont fait un beau rêve. Et on ne rêve jamais assez par les temps (durs) qui courent. Et puis ils se sont bien amusés en inventant cette cascade d’histoires, de personnages, de situations abracadabrantesques, avec un bel entrain, avec humour, en jouant aussi avec les mots, en s’inspirant du paysage lumineux de Belle-Ile-en-mer.
Merci aux élèves pour leurs contributions enthousiastes. Merci aux professeurs pour leur infinie disponibilité. Et merci à Oval et à sa belle équipe pour sa traditionnelle hospitalité.

Gérard Streiff, écrivain, journaliste

GROUPE B
Titre
Kidnapping à Mystery Island

Chapitre un
La disparition

Mais où est passé le docteur « Utopie » ?
Matteo et Anna doivent le rencontrer. Les deux jeunes gens, arrivés récemment sur Mystery Island, sont sur l’île pour suivre un stage dans une entreprise de caramel au beurre salé. Ils ont rendez-vous sur le domaine de Bruté avec ce docteur. Les ados veulent lui parler de leurs projets utopiques.
Ils attendent plusieurs heures mais pas de docteur.
Anna se souvient que la dernière fois qu’elle l’a eu au téléphone, il s’exprimait d’une voix tremblante, il hésitait beaucoup à parler. Est-ce qu’il avait un problème ?
Ils décident alors d’aller chez lui. Sortant du domaine, ils tombent d’abord sur sa voiture. Vide. Sur le siège du conducteur, un téléphone. Avec ce message : « Votre projet n’aboutira jamais ! Arrêtez tout ça, sinon vous en paierez les conséquences ! »
Intrigués, les jeunes gens remarquent au sol un flacon de chloroforme. Ils comprennent que le docteur a été enlevé. Mais c’est quoi ce projet dont il est question ?
Ils vont chez lui, la porte de sa maison est ouverte, toutes les lumières sont allumées, tout est en désordre, tout est saccagé. C’est comme s’il y avait eu un cambriolage. Anna prend peur, elle s’inquiète.
Matteo appelle la police, parle de disparition mais un policier lui dit qu’il ne peut rien faire car il lui faut attendre 72 heures avant de commencer une enquête pour disparition.
Derrière la maison il y a un parc. Mattéo et Anna s’y retrouvent. Le garçon trébuche sur un sentier caillouteux. En se relevant un objet aussi gros qu’un galet attire son attention.
- Anna !
- Qu’y a t il ?
- Regarde ce que j’ai trouvé !
Anna, curieuse, le rejoint.
- Mais c’est une boussole !
- Oui mais regarde de plus près !
- A quoi servent tous ces boutons ? demande la jeune fille.
- Aucune idée mais lis les inscriptions au dos de la boussole.
- Docteur Utopie, Belle Ile en mer.
Mattéo reprend son téléphone et recherche sur le net ce qu’on dit du Docteur Utopie. Il voit l’image d’un homme âgé, avec une longue barbe blanche comme un nuage de coton, et des cheveux gris. Il s’appelle en vérité Yohan Dubeure. C’est un inventeur, c’est lui qui a inventé l’aspirateur à pollution, entre autres.

ESPACE ILLUSTRATION 1
L’île

Les deux jeunes gens se retrouvent ensuite sur la plage, tout à côté de la maison. Anna enlève ses chaussures pour tremper les pieds dans l’eau, elle ferme les yeux pour respirer l’air marin. Soudain Matteo crie :
- Viens voir !
Il a encore trouvé quelque chose. Il tient dans ses mains une vieille cassette avec une étiquette dont les mots sont effacés.
- On n’a qu’à l’écouter ! dit le garçon.
Anna tilte.
- Il y a un vieux projecteur dans la bibliothèque de l’entreprise, je l’ai remarqué tout à l’heure, pendant la visite.
- Allons-y, dit Matteo
Ils se retrouvent bientôt dans la bibliothèque. Celle-ci est mal éclairée, les fenêtres et les étagères, pleines de livres, sont poussiéreuses. Tout au fond de la pièce, le vieux lecteur de cassettes est là. Anna dispose la cassette dans le caméscope qu’elle met en marche. La vidéo commence.
Apparaît un vieux monsieur, barbu, courbé. On le voit mettre en place la caméra. Il se met devant, s’assoit sur un tabouret. On devine derrière lui le décor d’un laboratoire, on remarque aussi une trappe.
L’homme paraît inquiet, il jette sans cesse des regards sur sa droite.
Que va-t-il dire ?

Chapitre deux
L’enquête

Mais quel est le fameux projet du docteur Utopie ?
Mattéo et Anna, impatients, continuent de visionner la cassette. Le projecteur commence à chauffer, ils ont un peu peur que l’image se brouille et que la projection s’arrête. Mais le film continue.
« Ecoutez moi, dit le vieil homme à l’écran. Je suis en bonne santé. Je réfléchis en ce moment à mon projet. J’ai besoin de me reposer. »
Tout autour de lui on voit des machines, des souris, des flacons, un livre grand ouvert.
« Je sais que je suis recherché. C’est pourquoi je demande à la personne qui trouvera cette vidéo de bien vouloir cacher mon journal. Mon travail devrait permettre de… »
Soudain le docteur n’est plus à l’écran. A sa place vient d’apparaître un drôle de personnage, de petite taille, cinquante centimètres environ, blanc de peau, avec un pancho bleu canard, un sourire effroyable et des yeux malicieux : un korigan !
Il enlève le docteur. L’image est coupée.

- Il faut retourner dans sa maison, dit Matteo, et le chercher.
Les jeunes gens arrivent en courant, au domicile du savant. A l’intérieur, le garçon se prend les pieds dans le tapis et ils découvrent ainsi une trappe.
- Ça va, tu ne t’es pas fait mal ? demande Anna.
Le garçon n’a rien. Il ouvre la trappe. Anna descend la première. La porte du laboratoire résiste. Anna voit un boitier. Elle comprend qu’il faut trouver un mot de passe. Mais comment le trouver ? Anna a l’idée de regarder la boussole puis d’inscrire le nom écrit au dos de l’instrument. Bingo, la porte s’ouvre.
Au milieu du laboratoire, la caméra est toujours là, elle n’a pas bougé.
Les deux jeunes gens se précipitent vers le grand livre, ouvert, et se mettent à le lire.
« Mon remède va prendre vie, on va pouvoir enfin connaître l’immortalité ! »
L’IMMORTALITE ! C’est donc ça son grand projet ! Anna et Matteo se regardent. Ils comprennent pourquoi le docteur s’est fait enlever.
Toujours dans le livre, un feuillet avec les indications : longitude 120, latitude 50.
Une adresse ?
- On y va ?
- Oui mais où et comment ?
- La boussole !

Espace illustration deux
camera et intervenant dans cadre

Sur la boussole, on lit des inscriptions, une partie est en vert, « longitude », une partie en rouge « latitude ». Anna essaie sa théorie : elle remplit les coordonnées. 120.50. La flèche de la boussole se met alors à tourner sur elle même, émettant des bip stridents. Soudain elle s’arrête, donne une direction. Toutes les dix secondes, elle émet un petit bip. Matteo regarde Anna.
- On y va ! dit la fille.
- On va pas suivre cette boussole bizarre ! hésite le garçon, mais Anna est déjà partie.
Ils font des tours et des détours pour suivre l’orientation donnée par la flèche. La boussole bipe très vite en indiquant « fin ». Ils se trouvent juste en face du magasin de caramel. La porte est ouverte. Ils entrent. La pièce a la taille d’une chambre. Sur des étagères, les caramels sont rangés par taille et par qualité.
- Anna… dit Mattéo, montrant un vieux monsieur au centre de l’espace : la parfaite copie du docteur Utopie mais avec une barbe bleue.
- Bonjour, jeunes gens. Vous êtes à la recherche du docteur Utopie ? Il s’est fait kidnapper. Je ne sais pas par qui. Ce que je sais, c’est que mon temps est compté. Je suis malade mais bientôt avec son invention, plus personne ne sera malade…Docteur Utopie a trouvé le remède radical, c’est pour cela qu’on l’a enlevé… ».
Le vieux monsieur se tient soudain la poitrine, près du cœur. Anna se précipite, il la stoppe d’un geste avec sa main libre. Il met sa main dans sa barbe, en sort une petite clé rouillée, la tend à Anna, puis il chute à terre. Il est mort.
Anna pleure, elle crie. Mattéo alors réagit :
- Moi, je crois savoir où ils le cachent !
Il pense aux grottes du bord de mer.
Les jeunes gens prennent leur vélo. En route, ils croisent un gros chien. Anne supplie Mattéo de le prendre avec eux et il accepte.
Arrivé près de la plage, le chien leur échappe et se dirige vers le phare, bleu et blanc. Il veut leur montrer quelque chose ? Tout simplement que le docteur est passé par là. En fait c’est bien le chien du docteur. La preuve : il porte en guise de collier la même boussole que celle trouvée plus tôt.
La nuit étant tombée, ils s’aperçoivent que la lumière du phare est dirigée vers la forêt des korigans. Et la boussole indique elle aussi la même direction. Ça ne peut pas être une coïncidence, c’est un indice. Les enfants s’équipent pour cette expédition. Sur un panneau est écrit : « Attention, korigans ! »
Ils n’y prêtent pas attention et continuent.
Soudain les voici qui se trouvent propulsés en l’air, soulevés par un filet. Le chien lui s’est sauvé. Les jeunes gens ont à peine le temps de comprendre. Ils sont prisonniers.

Chapitre trois
Les retrouvailles

Comment vont-ils se sortir de ce mauvais pas ? Les jeunes gens sont surpris de la hauteur du filet par rapport au sol. En bas ils observent des petits êtres, une taille de cinquante centimètres, qui rodent et parlent dans une langue inconnue. On dirait qu’ils pratiquent un rituel satanique. Puis ces korrigans, comme appelés ailleurs, quittent les lieux.
Mattéo regarde s’il n’a pas sur lui un objet tranchant, si la boussole – qui depuis le début de l’aventure les aide bien - contient un petit couteau, ou mieux : si dans ses affaires, il n’y a pas un couteau suisse, pour couper le filet bien sûr.

Mais c’est alors qu’apparaît un homme, brun, grand qui leur dit :
- Attention à l’atterrissage !
Et il coupe les mailles du filet. On entend des petits cracs, et les deux amis chutent. Anna se fait mal au bras, est-il cassé ? Alors qu’ils se relèvent avec difficulté, l’homme leur dit :
- Désolé ! Ce piège n’est pas fait pour les humains. Mais pour les korigans.
- Vous êtes chasseur de korigan ? demande Mattéo.
- Oui car ils ont volé ma hache magique.
- Mais qu’est ce qu’elle avait de magique ?
- Dès que je coupais un arbre avec cette hache, l’arbre repoussait directement. Maintenant que je n’ai plus cet instrument, je suis ruiné. Mais vous, qu’est-ce que vous faites ici ?
- On recherche le docteur Utopie, déclare Anna ; il nous a laissé des indices signalant qu’il serait dans cette forêt.
- Ça c’est sûr, c’est un coup de ces saletés de korrigans. Je pense savoir où ils sont mais je ne voulais pas y aller seul. Maintenant que vous êtes là, on va y aller ensemble.

Espace illustration trois
Les 2 héros et le docteur

Ils marchent, longtemps. Durant le trajet Anna se dit qu’elle va négocier avec les korrigans, elle va leur donner trois bocaux de caramels (il paraît qu’ils sont en rupture de stock), leur proposer aussi une fausse potion – qui ne serait que de la grenadine ou de la menthe à l’eau- en échange du docteur. Mais après il faudrait repartir vite avant qu’ils ne s’aperçoivent de la farce.
Autre idée, pense Anna : elle pourrait utiliser la fameuse boussole pour envoyer le chef des korrigans dans le passé. Le chef ayant disparu, elle s’imagine que tout le groupe des korrigans va se volatiliser…

Au bout de quarante cinq minutes, les deux jeunes gens et le chasseur arrivent devant une sorte de gros cube de béton, gris, enseveli sous la végétation.
- Un bunker, dit Mattéo. On en a parlé en Histoire.
On voit des traces de petits pas qui s’arrêtent juste devant ce mur de ciment recouvert de lierre.
Anna s’avance lentement, avec prudence, écarte la végétation derrière laquelle est dissimulée une sorte de porte blindée.
Mattéo tourne en rond en répétant :
- Il y a toujours une clé de secours cachée quelque part, je vais la trouver.
On entend des voix à l’intérieur, des cris et des ricanements. Anna touche la porte, en fait elle est ouverte.
A l’intérieur, dans un cachot, se tient un homme.
- C’est le docteur Utopie, chuchote Mattéo mais Anna lui donne un coup de coude dans les côtes pour qu’il se taise.
Une voix venant du fond de la salle déclame :
- Maintenant que le docteur Utopie est là, il va nous donner son fameux remède contre toutes les maladies et même contre la mort.
Celui qui vient de parler est la parfaite copie du docteur et aussi de l’homme à la barbe bleue mais lui porte une barbe rousse et il a un air drôlement méchant. Anna se souvient alors qu’elle possède la petite clé rouillée donnée par barbe bleue, c’est sans aucun doute la clé du cachot.
Mais à cet instant ils assistent à un étrange spectacle : le docteur, depuis son cachot, est en train de donner son remède à tous les korrigans qui l’entourent, et même à Barbe rousse. « Pop » : voici que tous les korrigans disparaissent !

- Mais qu’est ce qui se passe ? crie alors Anna en s’approchant du docteur et en ouvrant sa cellule.
- Bonjour les enfants, dit ce dernier. Mon remède, vous voyez, n’est pas compatible avec le sang des korrigans. Ils ont disparu, tout simplement.
- Et Barbe rousse ?
- C’était sans doute un korrigan déguisé.

Depuis ce jour on ne voit plus de korrigans sur Mystery Island, l’île de l’utopie.

Fin

GROUPE A

Titre
L’île sans issue

Chapitre un
Une réalité impossible

Déjà sur le port, l’ambiance est étrange.
Natacha et Gerson n’en croient pas leurs yeux. Tout est inhabituel ici, tout le monde est poli, sympathique, solidaire, tout le monde s’entraide, sourit. Il y a partout de belles couleurs. Il n’y a pas de pollution, la mer est claire, l’eau est claire au point que l’on voit les coraux et les poissons.
Les deux jeunes gens viennent de se croiser sur la plage. En fait le garçon a heurté la jeune fille en courant.
- Je te reconnais, a-t-il dit.
- Euh, qu’est–ce que vous me voulez ?
- Ne t’en fais pas, je ne vais pas te faire de mal. Rappelle toi que je suis Gerson.
- Natacha ! répondit-elle. Je sais qui vous êtes, laissez moi tranquille .
- Mais où sommes nous ? s’étonne le garçon.
- Je n’en ai aucune idée,

Autour d’eux, des maisons sont sur pilotis, faites de bois et de paille. Le reste du village se trouve dans les arbres. Avec des petits ponts, les gens se déplacent d’un endroit à l’autre. Plus loin des cabines en forme de bulles permettent de se téléporter dans l’île.
Natacha prend sa tablette, elle se cherche une maison, la choisit, clique sur son design.
Gerson de son côté a l’adresse d’une maison d’amis.
Les deux arrivent en même temps devant la même maison.
- C’est votre maison ? demande le garçon.
- Oui pourquoi ?
- J’ai la même adresse.
- Ah bon d’accord… je vois que vous avez besoin d’aide ?
- Ben je cherche un endroit pour dormir.
- Puis-je vous offrir l’hospitalité pour cette nuit ?
- J’en serais ravi.

Illustration n°1
L’île

Plus tard, affamée par son long voyage, Natacha part en quête de nourriture.
Elle demande à un enfant – car il y a des enfants partout, courant, criant, et des attractions aussi partout, elle demande donc où il est possible de manger.
L’enfant lui désigne un arbre.
En effet c’est un arbre où poussent des sandwiches.
Elle se sert puis, rassasiée, elle veut en apprendre plus sur ce lieu mystérieux qu’est cette île.
Et elle découvre que tout y est gratuit, les prix n’existent pas. Il y a au moins cinq McDo à tous les carrefours, gratuits eux aussi.
Natacha n’y croit pas.
- C’est trop beau, dit-elle. Et c’est pas une blague, c’est vrai qu’ici tout est réellement gratuit.
La fille en reste bouche bée. Elle n’en revient pas. Chez elle, tout est si cher.
- Vraiment, c’est sincère ? Je vais pouvoir manger où je veux et prendre ce que je veux ? s’étonne-t-elle.

Chapitre deux
L’homme mystérieux

Mais dans ce pays de rêve, il y a un homme qui ricane, bien décidé à casser toutes ces utopies.
Cet homme par exemple passe au beau milieu de la nuit dans les rues de l’île et s’arrange pour réveiller les gens. Contrariés ceux-ci passent une mauvaise nuit. Son but ? détruire les liens qui existent entre les habitants, faire en sorte qu’ils ne s’entendent plus les uns les autres. Il aime aussi raconter des histoires pour faire peur, des rumeurs pour déranger, inquiéter.

C’est cet homme, sans doute, qui un jour aborde Natacha.
- Bonjour ma belle, depuis combien de temps vis-tu sur cette île ?
- Depuis peu, répond elle, anxieuse, sans donner plus de détails.
- Dans ce cas, je dois te mettre au courant de ce qui se passait ici avant. Veux-tu qu’on se balade pour que je te raconte ?
- Non je suis pressée.
- Alors rejoins moi un soir à l’entrée de la forêt ?

Elle se dit qu’elle allait réfléchir à cette proposition. Elle en parle à Gerson qui s’énerve :
- Non, c’est un piège, je connais cet homme, c’est lui qui fait du scandale toutes les nuits.
- Justement, j’aimerais comprendre pourquoi il fait ça.
- C’est dangereux. S’il te plaît, écoute moi.
- Bon, très bien, je n’irai pas.

Qui est cet homme ? En fait il semble connu sous diverses identités. Certains l’appellent Winnie ou Marcel Eure ou Mr Smith. Ou encore Cortex. Au choix.
Il vit sur l’île depuis fort longtemps. Il a 54 ans et il y a une vingtaine d’années, il était l’homme le plus riche de l’île grâce à ses nombreux vols. Souvent soupçonné, il ne fut jamais inculpé.
Aujourd’hui, ne plus être supérieur aux autres, ne plus pouvoir voler le voisin, tout ça le rend dingue. Il trouve que la vie des gens de l’île est trop facile. « Ils ont ce qu’ils veulent en ne faisant rien ! » répète-t-il. Il est devenu méchant, et dangereux.

Espace illustration deux
L’homme « anonymous »

On raconte sur lui des histoires à donner la chair de poule. Qu’il aurait fait manger « de l’intérieur » par des insectes une masse de gens enfermés dans une maison. Qu’il aurait commis des meurtres et des sabotages. Il aurait même empoisonné un McDo. On raconte aussi qu’il préparerait un plan diabolique : il habiterait une énorme pyramide, où des fourgons noirs viendraient entasser des barils (de poudre ?). Pour tout faire sauter ?
Sur des affiches, on le voit grand, enrobé, barbe noire, regard perçant, cicatrice sur la joue gauche, vêtements toujours sombres, haut de forme et cigarette à la main.

Le lendemain de son installation dans sa maison, Natacha croise un homme en noir qui la met en garde :
- Fais attention à toi, le malheur va s’abattre sur ta tête !
Et il disparaît aussitôt. Elle poursuit sa route, passe un pont ; elle y a à peine posé un pied que les cordes lâchent. Elle recule, le pont tombe et se brise en mille morceaux. Elle reste clouée sur place, étonnée, terrifiée, pétrifiée.
- Comment est-ce possible ? Quantité de gens passent par ce pont et il s’effondre quand moi je le traverse ?
Un peu plus tard, près de ce pont, là où les feuilles cachent le soleil et qu’il fait si sombre que Natacha doit plisser les yeux pour distinguer les environs, elle remarque une ombre, un homme aux épaules carrées comme un rugbyman, qui s’évanouit bien vite dans la nature.
Quand elle rentre chez elle, les infos à la télé racontent que, dans différents endroits de l’île, il s’est passé exactement la même situation, ponts cassés, téléporteurs détraqués… Quelqu’un est en train de semer le chaos.
La nuit suivante elle apprend qu’un groupe, Team Rocket, conduit par Cortex, aurait pris le pouvoir sur l’île. Natacha et Gerson sortent dans la rue. Il y a foule. Des gens les approchent, expliquent qu’ils sont des rebelles – ils s’intitulent « Les protecteurs »- et appellent les jeunes gens à les rejoindre. Ils acceptent.

Chapitre trois
Tensions sur l’île

Voici comment l’utopie se réinstalle sur l’île.
Le lendemain de ces événements, Gerson s’habille et part chercher de quoi manger pour la semaine. Au centre commercial, au rayon des produits frais il tombe sur…Cortex. Habits sombres, épaules carrées, cigarette, cicatrice à la joue gauche : c’est lui, pas de problème. Il est entouré de chacals ! Sans doute ses gardes du corps ! Des chacals !
Aussitôt Gerson part rejoindre Natacha. La fille est assise dans le canapé, devant la série Riverdale.
- Tu regardes toujours ça ? se moque-t-il.
- Désolé mais Archi est vraiment trop beau.
- Je suis pas plus beau, moi ?
- Non, désolé.
Ils rient.
- Il faut qu’on l’attrape, dit soudain la fille.
- Tu es malade, tu veux notre mort ou quoi ?
Natacha se lève, prend son pull bleu marine et sort en lui disant :
- Soit tu me suis, soit tu restes.
« Elle est suicidaire ! » pense le garçon.

Ils se dirigent non pas vers le centre commercial mais vers la pyramide où réside Cortex. L’idée de Natacha, en accord avec les Protecteurs, est de tendre un piège à Cortex. Rendez-vous est donc pris. Cortex accepte. L’intérieur de la pyramide est immense. Au mur des tableaux de valeur sont accrochés.
Dans une pièce-bibliothèque, en attendant Cortex, elle touche un livrequi déclenche l’ouverture d’une porte secrète. Cette pièce est remplie de photos des victimes, des armes de toutes sortes, de poisons, d’insectes, de plans d’opération. Bref Cortex est bel et bien un psychopathe et toutes les preuves recherchées depuis une vingtaine d’années sont là, devant ses yeux. Natacha a réussi son enquête.

C’est alors que Cortex arrive, en haut des escaliers.
- Bonjour, dit-il. Content de vous voir, et sans Gerson car j’ai l’impression qu’il ne me porte pas dans son cœur…Pourquoi vouliez-vous ce rendez-vous ?
- Pour faire connaissance, répond la fille. Ma question, c’est : pourquoi commettez vous toutes ces horreurs ?
- Parce que c’est mon sens de la justice.
- Drôle de justice, et pourquoi vous acceptez de ma perler à moi, Natacha.
- Parce que…parce que… je suis ton père !
- Quoi ? hein ? comment ?

Natacha croit s’évanouir. Quand elle reprend ses esprits, Cortex a disparu. Gerson et le groupe des Protecteurs sont à ses côtés.
- Il a voulu te manipuler avec cette histoire de père mais on est arrivés à temps, il s’est enfui.

Espace illustration 3
Natacha et Gerson devant pyramide

Natacha et Gerson apprennent qu’un grand combat entre Team Rocket et les Protecteurs va se dérouler dans la forêt. Ils apprennent aussi que l’équipe de Cortex-alias Smith, alias Marcel Heur, est constituée de clones, et de quelques chacals…
Les jeunes gens veulent participer à l’opération.
- Faut-il être préparé sportivement ? demande Gerson.
- Non pas forcément, dit le chef des rebelles, je m’entraîne seulement le week-end avec mon fils Gérard, dit Gégé.
- Tu as un fils ?
- Oui Gégé, qui a onze ans.

L’opération commence. Les Protecteurs se dispersent. Leur équipe est armée de pistolets à harissa, de revolvers à eau de javel, de canons à pastèques et les arbres eux mêmes sont dans la bataille en propulsant de la sève
Les combats sont épiques et intenses. Des pastèques volent et éclatent, des clones sont brulés par l’eau de javel ou par la sauce harissa, d’autres sont collés au sol par la sève
Finalement tous sont capturés
Va-t-on exiler les clones ( et les chacals) vers un autre continent ? finalement il suffit de les désactiver.
Quant à Cortex, alias Marcel Eure, alias Smith, prisonnier, il est attaché. Il croit vivre les dernières secondes de sa vie et voit défiler toute son existence. On l’examine et on découvre qu’il porte une sorte de puce dans le cou, la puce de la méchanceté qui le rend si agressif avec tout le monde. On retire la puce. L’homme pousse un cri, puis se calme. C’est bel et bien la puce qui le mettait dans cet état.
L’utopie revient sur l’île où tout le monde vit heureux.
Tout particulièrement Natacha et Gerson qui vont se marier et auront beaucoup d’enfants…

« Coupez, c’est parfait, crie le réalisateur. Tout le monde a été super. La dernière scène était géniale. Bravo. Le film sortira dans quatre mois. Il s’intitulera « L’île sans issue ».

FIN



Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire