1er mai

Nouvelle colère sociale

L’Institut Montaigne, un think-tank chargé d’avertir les dominants sur l’état de l’opinion, vient de publier une note (“La France en morceaux”) où elle remarque que les milieux populaires, qui recoupent assez largement le portrait des gilets jaunes, cette France qui avait du mal à boucler ses fins de mois, c’est la France “ des aides-soignants, chauffeurs, électriciens, déménageurs, manutentionnaires, livreurs”, invisible hier et “ aujourd’hui reconnue pour son utilité sociale”. Nul doute, dit la note, que ces Français “qui exprimaient déjà le plus fortement dans la société leur indignation face à l’écart entre les hauts et bas salaires et aux inégalités sociales, revendiqueront demain la reconnaissance tangible, au-delà des mots, de leur rôle essentiel pendant la crise. C’est de ce décalage entre paroles laudatives et réponses mitigées que pourrait naître demain une nouvelle colère sociale.”.

Gérard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire