17 mai

Deformation et menace

Jean-Luc Mélenchon a de bonnes lectures. Il lit « Communistes ». Invité de Bourdin sur BFM, le 10 mai dernier, il a montré notre journal ( un numéro de janvier). Merci. Même si on peut trouver qu’il a lu de travers l’article incriminé, sortant une phrase de son contexte. Pas question de négocier une entrée du PCF dans FI, disait en substance l’article. Jean-Luc Mélenchon nous fait dire que jamais, le PCF ne discutera avec FI. Balivernes. En fait, quand il s’agit des communistes, Jean-Luc Mélenchon a une drôle de façon de communiquer. Il déforme. Ou il menace. Ainsi on nous signale qu’il fait circuler dans ses réseaux l’échange de messages personnels qu’il a eus avec Pierre Laurent début mai où l’on peut notamment lire ceci : « Vous (les communistes) êtes la mort et le néant. (…) Je décide de la rupture. » Bonjour le dialogue. Jean-Luc Mélenchon a du vocabulaire, comme on dit, c’est connu. Pourtant il y a des mots dont il ignore le sens. Il confond par exemple allié et couché.

Gérard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire