7 juillet

Capitalisme tralala

Une société de placement (Allianz GI) vient de se livrer à une comparaison des indices boursiers français et allemand, soit le CAC 40 et le DAX 30. Une manière de comparer l’état des capitalismes français et allemand en 2019. Le CAC 40 est dominé par le luxe (Kering, Hermes, L’Oreal, LVMH) ; puis viennent la finance (Axa, BNP-Paribas, Crédit Agricole, Société générale) et l’énergie (Total). L’industrie n’arrive qu’en quatrième position. Le capitalisme allemand, lui, est d’abord industriel, avec Volkswagen, Mercedes, BMV. Ces trois firmes germaniques font un chiffre d’affaires trois fois plus élevé que celui des « champions » français du luxe. Oui mais ces derniers rapportent deux fois plus. Si on était mauvaise langue, on dirait que le capitalisme français est d’abord un mode de production du superflu, de la frime, de la pompe. Un capitalisme tralala.

Gérard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire