9 novembre

L’imaginaire communiste

A l’occasion de l’anniversaire de 1917, la presse bourgeoise s’est beaucoup réinterrogée sur le communisme en France. Elle a beau répéter, en effet, que tout ça est mort et enterré, elle n’y croit pas vraiment. Le Figaro du 8 novembre (p15) par exemple s’agace que « le communisme a trouvé en France un terreau favorable et l’a marqué d’une empreinte sans équivalent » en Europe de l’ouest. Les raisons ? Le chroniqueur en énumère trois : « une certaine sensibilité collective héritée du catholicisme (méfiance envers l’argent…). Pour quoi pas. « Le legs de la Révolution française ». Tout à fait ( même si le canard oublie le legs de La Commune). Et le « label républicain » donné dès les années 30 au PCF. L’article se termine ainsi : De l’affaiblissement du PCF, « on ne saurait pas déduire que les racines du communisme en France sont mortes. (... )Délivré de toute obligation de solidarité envers le bilan désastreux des régimes communistes d’antan, cet imaginaire (communiste) bénéficie dans notre pays d’une inépuisable mansuétude. Son destin est inextricablement lié à celui de l’exception française ». Il y a des jours où ça fait du bien de lire Le Figaro…

Gerard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire