30 mai

Mise en garde

Le pouvoir est prévenu : l’opinon est sur ses gardes. C’est l’enseignement que l’on tirera de l’enquête JDD/Ifop tombée ces jours-ci. L’étude, faite sur mesure, commençait bien pour Macron (Monsieur 16%). L’institut sondait les coeurs sur des thèmes très à la mode ces jours-ci, genre : êtes-vous pour l’innovation ? la modernisation ? le changement ? la transformation ? L’adaptation ? la réforme ? Sans blague, tel était l’intitulé de l’enquête. A question débile, réponse débile : tout le monde était pour ! Oui mais dès que les interrogations se précisaient, et qu’on rentrait dans le détail, on notait très vite que cette même opinion n’était pas dupe. Une chose sont les mots, ronflants et creux, autre chose le contenu, et les conséquences. « La méfiance, l’inquiétude et le scepticisme à l’égard du débat sur la transformation ( c’est ainsi que les médias nomment maintenant le macronisme) font jeu égal avec l’espoir. Rien n’est donc gagné d’avance pour le nouveau pouvoir » constatait, dépité, le sondeur en chef. Une masse de gens pressent qu’elle sera « plutôt la victime des changements. Cette conviction est partagée par 59 % des plus pauvres et 56 % des sans-diplôme. Cela fait du monde qui aura le sentiment de rester au bord de la route » continue le responsable de l’institut. Dernière citation : « Très peu de gens sont dans la croyance absolue de la réussite de la transformation ».

Gérard Streiff

  •  

Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire