5 janvier

Crapule de luxe

Le traitement médiatique de l’affaire Ghosn est symptomatique de la complaisance de nos dominants pour cette parfaite incarnation du patron-voyou. Il n’est question que de « grande évasion », de « vrai miracle », d’ « audace folle », de « scénario à la James Bond ou à la Largo Winch », d’ « incroyable pari » ( JDD). Le droit, les douanes, les frontières, les papiers ? c’est bon pour les cons. Avec Carlos Ghosn, le bourgeois s’encanaille. Et du même coup, il nous redit que le crime et le capital font bon ménage. Au train où c’est parti, il ne serait pas étonnant que Carlos Ghosn reçoive l’an prochain la légion d’honneur.

Gérard Streiff


Site réalisé par Scup | avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire